Body

La librairie Hannenorak est née d’un désir du fondateur, Daniel Sioui, de faire découvrir la littérature autochtone aux lecteurs québécois. Sa femme Cassandre se joint à lui quelque temps plus tard, et depuis, la librairie ne cesse de conquérir les cœurs des amoureux des livres.

Découvrez la charmante histoire de Daniel et Cassandre Sioui, fondateurs d’Hannenorak

1. Pour vous, ça veut dire quoi entreprendre?

Entreprendre, c'est quand tu as un projet que tu tiens à réaliser, donc tu te lances dans le vide.

2. Qu’est-ce qui vous encourage à vous lever le matin chaque jour et à continuer ce que vous faites?

C'est vraiment le fait de pouvoir partager notre amour du livre. De voir les sourires des clients quand ils reviennent nous voir et qu'ils ont aimé leur lecture, de pouvoir les aider dans leur quotidien - c'est ça qui nous stimule quand on se lève le matin et qui nous donne envie d'en faire plus, et toujours plus.

Fondateurs, Librairie Hannenorak
Daniel et Cassandre Sioui, fondateurs de la librairie Hannenorak


3. Quelle a été votre plus grande réussite en tant qu’entrepreneurs?

Eh bien premièrement, d'être encore là après onze ans! Ce serait aussi d'avoir déménagé l'année passée et d'être passé d'une librairie spécialisée à une librairie générale. C'était un rêve qu'on caressait depuis longtemps et on ne savait pas si ce serait possible. Donc d'avoir réalisé ça, c'est une belle réussite.

4. Quel a été votre plus grand défi?

C'est peut-être de trouver le courage de se lever tous les matins et de continuer malgré les embûches, et malgré le fait qu'en tant qu'entrepreneurs, on doit toujours travailler quatre fois plus. Mais on est toujours là pour s'encourager l'un l'autre et se donner une petite tape dans le dos pour se dire qu'on est capables, qu'on est forts et que tout va bien aller.

5. Quel conseil donneriez-vous à une personne voulant lancer sa propre entreprise?

De foncer sans trop avoir peur. Si ça ne marche pas, eh bien ça ne marche pas! Mais si tu persévères assez longtemps et tu restes travaillant, à un moment donné, ton moment de chance va arriver.

Librairie Hannenorak

6. Quel conseil donneriez-vous aux autres entrepreneurs québécois pour s’adapter aux circonstances inattendues?

Ce serait d'être à l'écoute des besoins des clients, d'essayer d'aller les rejoindre d'une façon plus personnelle. Il faut faire ce qu'on peut pour leur donner le meilleur service possible. Par exemple, nous faisions des livraisons en 24h et les gens adoraient ça, et ça les faisait revenir. C'est plus d'efforts, mais il faut offrir le meilleur service pour se démarquer des grandes chaînes, surtout si on a un petit commerce.

On croit aussi que les gens sont prêts à encourager les entreprises locales, à acheter québécois, à acheter autochtone... On est chanceux de vraiment pouvoir miser sur notre communauté.

7. Pourquoi avoir choisi le nom Hannenorak?

Daniel : Au début, j'étais tout seul et je cherchais des noms. Donc je suis remonté dans ma généalogie et Hannenorak, c'est mon ancêtre. Toute la famille des Sioui descend de lui. Donc j'ai choisi son nom, en hommage à notre ancêtre - le dernier à avoir porté un nom plus traditionnel wendat. En fait, ça porte hommage au passé, mais aussi au futur, en marquant qu'on est toujours là.

8. Quels sont 3 mots que vos clients sont susceptibles d’utiliser pour décrire la librairie Hannenorak?

Chaleureux : on a beau avoir déménagé dans un endroit un peu plus grand, ça reste un petit cocon dans lequel les gens se sentent comme à la maison.

Serviables : on donne toujours le meilleur service et on est toujours prêts à donner un coup de main, c'est une priorité.

Lumineux : on essaie toujours d'être les plus souriants possible et accueillants. On ne juge personne; chacun a ses goûts de lecture différents et c'est parfait comme ça, nous on est seulement là pour aider et créer une expérience agréable.

9. Qu’est-ce qui surprend le plus vos clients lorsqu’ils découvrent la librairie?

C'est définitivement les choix qu'on offre. Oui, nous sommes maintenant une librairie générale, mais on garde toujours notre spécialité autochtone et ça nous permet d'offrir une sélection de littérature autochtone que les gens ne connaissent pas nécessairement, mais qu'ils apprécient de pouvoir découvrir.

Cela dit, même dans notre côté général, on a une sélection plutôt spéciale qui plaît beaucoup aux visiteurs. On a des livres à portée plus sociale, féministe, anticoloniale, pro-environnement, ce qui nous démarque des grandes librairies plus connues.

Librairie Hannenorak

10. Parlez-moi de vos produits. Qu’est-ce qui les rend si spéciaux?

Eh bien évidemment, on ne peut pas parler d'Hannenorak sans parler de la littérature autochtone : que ce soit les essais, les romans, les poèmes, on en a la plus grande sélection. À l'époque où Hannenorak a été fondée, c'était beaucoup plus difficile de se procurer de la littérature autochtone. Avec les années, on a vu un peu plus d'intérêt médiatique à ce niveau-là dans le pays, et ça se reflète aussi dans les présentoirs des librairies. Il y a une belle curiosité de la part des lecteurs et on ne peut que s'en réjouir. De l'autre côté, il y a aussi la littérature québécoise, qu'on met aussi beaucoup de l'avant.

11. Comment Hannenorak a-t-elle évolué depuis l’idée initiale jusqu’à aujourd’hui?

Daniel : Au début, ce n'était pas très réfléchi, je me lançais dans une sorte de café-librairie dont le but était de faire découvrir ma culture. Mais comme j'aimais beaucoup la lecture, c'est devenu juste une librairie. Ensuite, on a lancé une maison d'édition, puis éventuellement on a pris de l'expansion et on est devenus une librairie générale. On a vraiment tout appris au fur et à mesure. Bref, le projet a eu des débuts assez dispersés, puis à la longue on a fixé ce qu'on aimait et ce qu'on voulait vraiment, et c'est là-dessus qu'on a mis l'accent.

12. Pour finir, où aimeriez-vous voir Hannenorak dans 5 ans?

On vient tout juste de réaliser un grand objectif, soit d'ouvrir la nouvelle librairie. Mais on parle souvent d'agrandir encore, d'ajouter une pièce pour avoir encore plus de livres... On aimerait aussi avoir des résidences d'écrivains et en faire un lieu toujours plus vivant.

Librairie Hannenorak


Vous aimez ce genre d'article? Abonnez-vous à notre infolettre afin de découvrir plus de portraits d'entrepreneurs d'ici.

Retour