Body

Acheter québécois, ça coûte cher. Mythe ou réalité? Apprenez tout de la consommation responsable et locale avec une vraie pro des économies (et grande amoureuse de nos artisans et marques d’ici!), Béatrice Bernard-Poulin. 

Vous souhaitez recevoir nos meilleurs articles directement dans votre boîte courriel? Abonnez-vous à notre infolettre en cliquant ici.

L’histoire de Béatrice

Anciennement connue sous le pseudonyme de Eille la cheap!, Béatrice Bernard-Poulin offre des conférences sur la consommation responsable et possède une boutique en ligne. Son blogue vise à donner des trucs et astuces pour les femmes qui souhaitent optimiser leur budget afin de vivre une vraie vie de rêve. Béatrice y partage ses expériences, ses coups de cœur et ses tranches de vie de manière totalement transparente afin d’outiller et de guider sa communauté. Le but premier de cette dernière: encourager l’achat québécois avec une pensée éthique et responsable, et ce, à bon prix!

Béatrice Bernard-Poulin. Crédit: Melany Bernier

« Oui, mais acheter québécois, ça coûte cher! »

Sur le coup, il est vrai que certains produits peuvent coûter plus cher, mais à long terme, on rentabilise. Acheter québécois semble plus dispendieux, mais un produit québécois de qualité deviendra un investissement qui permettra d'économiser à la longue. Lorsqu’elle se prépare à faire un achat, Béatrice calcule sa valeur pour les prochaines années et c’est ce qui lui fait vraiment réaliser des économies.

Je ne suis pas quelqu'un qui consomme beaucoup de matériel donc, lorsque je dois le faire, j'essaie de trouver une option qui sera bonne longtemps et qui encourage une entreprise d'ici, dans la mesure du possible. Si le budget me le permet, je vais avant tout vers l'artisanat.

Dans son processus d’achat, Béatrice inclut également l’option de produits de seconde main. Réutiliser est une solution qui lui plaît aussi beaucoup et qui permet de réduire la surconsommation de produits neufs, accessibles si facilement. En troisième critère, elle va privilégier des boutiques et chaînes québécoises, même si elles ne fabriquent pas leurs produits ici et, en dernier recours, son choix se portera sur une entreprise qui pourrait être canadienne, par exemple.

Toutefois, il serait faux de croire que tous les produits québécois coûtent plus chers; certaines entreprises ont des prix très concurrentiels! Comme quoi de belles trouvailles à prix accessible peuvent se faire, même en dehors des grandes multinationales.

Les coups de coeur et recommandations de Béatrice

Les essentiels du quotidien

« Pour trouver des vêtements essentiels à petit prix, j’aime beaucoup les magasins Reitmans. Niveau produits pour le visage, j’achète environ 90% de mon maquillage et 50% de produits pour la peau du côté de la marque Marcelle. D’ailleurs, si j’ai un produit à recommander, c’est leur mascara. C’est mon essentiel depuis plusieurs années! ».

Le parcours local gourmand

« J’ai un marché fermier auquel je vais depuis plusieurs années qui s’appelle Le Marché des Éclusiers dans le Vieux-Port de Montréal. On y trouve La Fermette appartenant à 2 filles vraiment chouettes qui offrent des légumes biologiques d’ici. Il y a aussi une fromagerie, une boulangerie et d’autres artisans locaux. L'Orbite est un autre endroit où j'ai acheté beaucoup de mes herbes et légumes pour mon petit jardin de balcon, cet été. C'est un magasin hybride de plantes et un espace artistique. Sinon, j’adore le Café de Mercanti où j’achète mon café, le Bar à beurre pour leurs chocolatines décadentes et Chez Potier pour leurs desserts de qualité supérieure. »  

Conseil économique de Béatrice: achetez vos fruits et légumes en saison afin de les congeler et avoir des réserves pour les mois d’hiver à venir! 

Pour se gâter

« J’adore les vêtements de la designer québécoise Marilyne Baril avec Marigold. C’est une fille de Montréal qui a une boutique à Verdun et qui fait absolument tout à Montréal. De plus, elle fait des ventes d'échantillons une fois par année. Il y a aussi les chaussures Maguire que j’aime beaucoup, je me suis acheté une paire il y a quelques années et je les porte encore. L’empreinte coopérative offre beaucoup de produits variés dont des bijoux et la Boutique Bonjour Montréal propose également toutes sortes de produits, dont plusieurs à l’effigie de Montréal. À visiter également: la papeterie Boucle&Papier sur la rue Saint-Laurent. Bref, j’ai une petite routine tous les samedis, alors c’est assez facile de me retrouver aux mêmes endroits, et ce, chaque semaine! »  

Psst!

Béatrice offre un service d’abonnement à son blogue, une trousse de départ pour future pigiste et travailleure autonome, et son livre Ça coûte cher, être un adulte est disponible dans plusieurs librairies d’ici. Sur son blogue, on peut trouver plusieurs trucs dont comment épargner sans effort, moins dépenser à l’épicerie et réduire une facture de télécommunications, voyager à petit budget et un guide de découverte du Québec. À consommer sans modération!

Un grand merci à Béatrice pour son temps, sa grande générosité en entrevue et son énergie contagieuse.

Béatrice Bernard-Poulin. Salon du livre d'Edmundston.

Béatrice en quelques lignes

Béatrice quitte son emploi à temps plein en septembre 2012 suite à un événement personnel qui change sa vie à tout jamais. Par la suite, elle décide de partir 6 mois en Australie pour prendre du recul et tenter de se découvrir en tant que carriériste. Elle revient au Canada en juillet 2013 et une chose est claire pour elle: plus jamais elle ne ferait du « 9 à 5 traditionnel », confinée dans un bureau. Créative et très passionnée, elle occupe plusieurs emplois à son compte pendant quelques années jusqu’en 2017. Après une formation en lancement d’entreprise, Béatrice concentre son travail et ses efforts sur son propre site web, auquel elle se dédie entièrement désormais.

Retour