Body

Image de bannière : Marie-Jade Côté

À l’instar de la culture vinicole au Québec, un vent de changement souffle sur le vignoble du Domaine du Ridge, à Saint-Armand dans les Cantons de l’Est. Cette entreprise désormais florissante est née il y a 25 ans du désir du défricheur et avocat de profession Denis Paradis d’apprivoiser la vigne. Le Domaine, qui peut toujours compter sur le travail dévoué de monsieur paradis, au champs comme au chai, propose aujourd'hui une douzaine de produits de référence, dont son sympathique et bien connu rosé Champs de Florence. Désormais, la trajectoire du vignoble est aiguillée par la relève, à laquelle appartient justement sa fille, Marie-Florence Crevier-Paradis, avec qui je me suis entretenue. La directrice générale nous parle de cet endroit enchanteur, opéré par des gens de cœur et guidé par son ambitieuse vision, pleine de vitalité. 

Marie-Florence Crevie-Paradis, directrice générale, Domaine du Ridge. Crédit : Marie-Jade Côté

La relève verte

« J’ai occupé tour à tour pas mal tous les postes de l’entreprise, du champ à la boutique. Je tondais le gazon sur le terrain quand j'étais petite! À Montréal, j’ai fait un bac en psycho et un second en communication. J’allais entamer une maîtrise en gestion de projet quand mon père m’a appelé pour me dire qu’il avait un poste clé à combler au vignoble et qu’il me verrait m’y essayer. C’était il y a 7 ans... Je ne suis jamais retournée en ville » dit Marie-Florence, sereinement. 

Le vignoble est effectivement enchanteur, il doit être effectivement bien difficile de le quitter pour de bon. Situé dans la vallée de Champlain, il jouit d’un microclimat qui permet 200 jours sans gel par année, ce qui est rarissime au Québec. Le Domaine est entouré d’un peu plus de 45 hectares de vignes déferlant sur les reliefs ondulés, offrant dans ses inclinaisons un excellent drainage et une exposition solaire avantageuse. « On a nos défis comme tout le monde, mais on produit bien. On vise quelque 220 000 plants en terre d’ici la fin de 2021. C’est beaucoup. Si ça marche, on va être le plus grand producteur de la région ». Cette expansion considérable est due au travail d’une équipe passionnée de 25 personnes, qui œuvre sans relâche à échafauder l’avenir sur les bases solides jetées par le « patriarche », comme l’appelle affectueusement sa fille. « On se sent vraiment à la croisée des chemins en ce moment. Le vignoble est en train de passer à une autre étape et je suis enthousiaste à l’idée de rencontrer de front tous les beaux défis que ça représente ».

Planche Épicurienne, Domaine du Ridge. Crédit : Marie-Jade Côté
Terrasse couverte, Domaine du Ridge. Crédit : Marie-Jade Côté

Le Domaine du Ridge augmente non seulement le volume de sa production d’année en année, mais s’applique simultanément à diversifier son offre et explorer des pratiques de cultures et de vinification considérées plus progressistes, chères aux nouvelles générations de consommateurs. En effet, encouragé par son co-directeur Julien Lavallé, Marie-Florence guide le processus de convertir presque la moitié de leur vigne en culture biologique. « Julien et moi, on pousse toujours vers le vert, l'équitable, le naturel. Ça prend 3 ans pour avoir la certification. Ça nous laisse le temps de “détoxifier” les plants et leur redonner toute leur autonomie en les désaccoutumant progressivement aux applications de synthèse ». Marie-Florence souligne au passage que ces dernières sont gardées au minimum dans tout le vignoble, de toute façon, et que la culture des vignes chez elle est raisonnée.

 

Au sein de ces 15 000 plants qu’on souhaite voir devenir biologiques, on retranche un 3000 pieds de vigne qu’on veut même lancer en biodynamie », annonce Marie-Florence. « On pense sortir une cuvée de Seyval Blanc biodynamique dans les prochaines 4 années… C’est très excitant!

 

La jeune femme précise qu’elle est bel et bien consciente du privilège que cela représente. « On sait que c’est grâce à la stabilité et la santé financière du vignoble qu’on peut se permettre d’effectuer ce virage sans tout compromettre. Julien et Samuel Viau (le maître de chai et caviste) sont très attachés à ces nouveaux projets là, d’ordre un peu plus exploratoire. On aime bien l’idée de créer éventuellement un laboratoire d’expérimentation où l'on pourrait poursuivre le boulot et même inviter le client à observer le travail en cours! ».

Qu’est-ce qu’on boit?

En plus des nouvelles cuvées à naitre, le Domaine du Ridge offre une gamme qui ratisse large, du vin blanc sec, au rouge tannique et boisé, à cette spécialité de la maison appeler “Fado” qui consiste en un vin liquoreux gourmand et fruité, non sans rappeler le Porto. Les vins du Domaine expriment le terroir qui l’abrite et également, la spécificité des cépages qui y poussent. « Comme plusieurs vignerons du Québec, on a fait le choix de miser sur les hybrides au lieu du vinifera. Le temps nous donne raison d’avoir fait le choix de ces cépages nordiques, adaptés à notre climat. C’est réjouissant de sentir que les consommateurs accueillent avec de plus en plus d’engouement nos produits. On travaille fort. On sent que le palais des Québécois change et on veut le suivre, voire même le surprendre. D’ailleurs, on prépare un Vermouth en collaboration avec La Coline aux Herbes une herboristerie médicinale bio qu’on aime beaucoup. Ça promet! Une macération à froid de plusieurs semaines avec des aromates boréales comme l’Agastache, le cèdre, la sauge, la lavande et du pin cueillie dans notre cours! ».

Même si on retrouve les produits du Domaine Du Ridge à la SAQ et en épiceries sous la bannière Aliments du Québec, l’idéal pour quiconque cherche à passer du bon temps est de venir en personne arpenter le magnifique terrain du Domaine, une coupe à la main. 

Aux champs, Le vignoble Domaine du Ridge. Crédit : Marie-Jade Côté

Opération de charme

Marie-Florence poursuit: « On a l’habitude de recevoir des cérémonies de mariage sur la terrasse. J’ai moi-même épousé mon mari ici il y a 6 ans! On célèbre l’amour souvent et on adore recevoir le monde. Assis en plein air, devant le champ, le paysage parle de lui-même » affirme la jeune femme, un sourire confiant aux lèvres. « Mon père (Denis Paradis), grand fan des jeux de mots, dit toujours que c’est un petit coin de Paradis ici...! ». 

Selon elle, pour vraiment profiter de l’expérience, il suffit de partir tôt, par une belle journée ensoleillée et circuler doucement sur les routes de campagne qui mènent au vignoble. Une fois engagé sur le chemin Ridge, c’est impératif de ralentir pour sentir au passage, sous le couvert d'arbres qui semblent encapsuler la route, la transformation s’opérer... Il paraît que passé ce seuil magique, on décroche instantanément. Tous nos tracas laissés derrière, c’est ensuite le temps de s’offrir un forfait épicurien; une heure de visite guidée, décontractée et informative, une heure de dégustation commentée et une planche de charcuterie conçue en partenariat avec ses producteurs locaux préférés, soit le Saucission Vaudois, les fromages Fritz Kaiser et la Boulangerie Chouquette et Amandine. De quoi vivre la plus savoureuse des déconnexions, à 50 minutes à peine de Montréal. Ça donne soif!

Pour vous procurer un forfait épicurien au Domaine du Ridge, c'est par ici!

Une petite soif? Le Panier Bleu regorge de magnifiques vins du Québec, disponibles dans vos commerces de proximité! 

Retour