Body

*Rabais commerçant à découvrir, tout au bas de l'article*

Fin 2019, la compagnie québécoise de boîtes de repas prêts-à-cuisiner Cook it faisait l’acquisition d’un compétiteur, doublant sa taille au passage. Quand la pandémie frappe, l’entreprise termine à peine son 100 jours de plan d’intégration. Les Québécois ne sortent plus de chez eux et se tournent alors massivement vers le commerce en ligne. Une belle opportunité pour Cook it, qui assure en plus la livraison à la maison. La demande pour ses boîtes-repas triple, le nombre de clients grimpe de plus de 80% et l’estimation des revenus annualisés de 200%. La compagnie fondée il y a six ans atteint en l’espace de quelques semaines les objectifs qu’elle s’était fixée pour les deux prochaines années.

Cook it, Judith Fetzer
Mari Photographe

 

« La pandémie nous a demandé beaucoup d’agilité pour composer avec la croissance exponentielle occasionnée. Depuis la création de l’entreprise on a toujours réussi à tripler de taille à chaque année, mais cette fois ce sont des chiffres beaucoup plus grands qu’avant; passer à 30 millions de dollars de chiffre d’affaires, ça nous place dans la cour des grands mais ça amène aussi son lot de complexités! » - Judith Fetzer, fondatrice et directrice de Cook it.


Et le niveau de complexité monte d’un cran quand, au début de la pandémie, de nombreux employés affectés à la production quittent leur travail par crainte du virus. Cook it perd ainsi un quart de ses 200 employés du jour au lendemain.

Il faut en outre décupler les ressources pour suivre la croissance. L’entreprise engage donc un comité de recrutement à l’externe et ajoute un quart de travail de nuit pour faire face à la hausse des commandes. L’embauche est d’abord centrée sur les commis de production afin d’être capable de répondre à la demande et de limiter l’impact sur la clientèle et le taux d’erreur. « Avec l’aide de notre département Ressources humaines, dont une partie s’est mis en mode accueil et formation, on a établi des scripts et on a engagé des gens de communication qui avaient perdu leur emploi, raconte Judith. Ils faisaient des appels de recrutement de la maison et chacun réussissait à engager environ 25 personnes par quart de travail. » En trois semaines, plus de 300 employés sont engagés. 

Cook it, Judith Fetzer
Mari Photographe

 

Être à l’écoute

Pour offrir aux employés des conditions optimales malgré la crise sanitaire, l’espace de travail et les lieux de socialisation sont réorganisés et les règles renforcées. Cook it a également payé les déplacements en taxi de ceux qui venaient habituellement en transport en commun et instauré une prime COVID augmentant le taux horaire de 2 dollars pour les employés de l’usine. Enfin, une équipe spéciale a été mise en place à l’accueil pour prendre la température des travailleurs et offrir un support moral, tout en permettant de garder une bonne communication entre le lieu de production et la direction.

Cook it a aussi revu complètement l’intégration des nouveaux arrivés, nommant notamment une personne pour s’occuper de la culture d’entreprise et des communications internes et des gestionnaires pour outiller les superviseurs de production dans la gestion du stress auprès de leurs équipes. Mais la culture d'entreprise, c’est aussi de savoir prendre soin de soi : « L’été, on l’a pris plus relaxe, souligne Judith. Après avoir travaillé très dur pendant six mois, on avait besoin de reprendre un peu notre souffle et on est passés à des semaines de 25-30 heures… On savait que les rassemblements allaient sans doute être interdits à la rentrée, donc c’était important que les employés puissent se ressourcer avant ça. »

Cook it, Judith Fetzer
Mari Photographe

 

En septembre, les ventes sont au même niveau qu’au plus haut de la pandémie, et Cook it repart la machine d’embauche avec une équipe de 7 recruteurs. Le personnel au centre de production compte de nombreux employés à temps partiel qui suivent des études en parallèle ; s’ils étaient disponibles durant l’été, la rentrée scolaire a changé la donne. « Mais maintenant on n’est plus dans l’urgence. On prend le temps d’accueillir les gens, on focus sur comment améliorer les choses, nuance Judith. C’est sûr que les premiers mois ont été une période très excitante… Mais quel beau défi! »

Le conseil de Judith Fetzer

Un conseil à donner à un entrepreneur en situation de croissance exponentielle? La fondatrice de Cook it insiste sur l’importance de prendre soin de ses employés - un chef d’entreprise n’est rien sans son équipe. Il s’agit aussi de mettre l’accent sur la communication et, surtout, l’écoute.

« Quand je parle d’écoute, c’est avec les employés mais aussi avec le marché, pour voir comment ça se passe ailleurs; par exemple, la fermeture des restos était une bonne opportunité pour Cook it d’offrir des recettes de brunch. »


Si Judith tenait auparavant un comité de direction par mois, elle en fait désormais un chaque matin pendant une heure, pour s’assurer que tout le monde soit bien aligné et connaisse les priorités. « Mes mots-clés de 2020? Écoute et empathie. »

--

Cook it vous offre 15$ de rabais à l'achat de votre première boîte au chefcookit.com avec le le code promotionnel PANIERBLEU15. Le code est valide en tout temps.

Retour