Body

Rédigé à partir d’un article écrit par Rémi Leroux, publié en octobre 2016.

Envie de faire vieillir votre vin pendant plusieurs années? Nos conseils pour choisir le cellier qui conservera longtemps vos bouteilles de vin.

Vous avez reçu pour votre anniversaire une bouteille de Château Cheval Blanc 2013, un Saint-Émilion 1er Grand Cru Classé qui mérite de vieillir. Comment le conserver dans de bonnes conditions? Si vous habitez en appartement et que vous souhaitez garder du vin plus de cinq ans, vous n’aurez d’autre choix que d’acheter un cellier. 

Vous souhaitez recevoir les prochains articles gratuits de Protégez-Vous directement dans votre boîte courriel? Inscrivez-vous à notre infolettre en cliquant juste ici!

Commencez par déterminer quel usage vous en ferez. Pour cela, prenez en compte les éléments suivants : 

  • le nombre de bouteilles ;
  • la durée de garde prévue ;
  • l’esthétique ;
  • l’emplacement.

Votre budget

Vous trouverez des celliers haut de gamme à 2 000 $ ou plus, mais aussi plusieurs appareils d’entrée et de milieu de gamme vendus de 300 à 1 500 $ environ.

Pour vous donner satisfaction pendant longtemps, un bon cellier doit présenter les quatre caractéristiques suivantes :

  • produire du froid ;
  • maintenir une bonne température interne ;
  • garder un taux d’humidité constant ;
  • protéger le vin des rayons UV.

Voyons maintenant en détail l’ensemble des 10 critères à considérer.

 

Température. Selon les experts, en règle générale, les celliers contrôlent bien la température. Recherchez un modèle adapté à vos habitudes de consommation. Par exemple, si vous êtes amateur de blancs et de rouges, et que vous comptez boire vos acquisitions assez rapidement, vous trouverez des celliers qui comportent une zone pour les vins rouges (à environ 14 °C) et une pour les blancs (à environ 7 °C). 

Humidité. Il est recommandé de conserver les bouteilles dans un environnement avec un taux d’humidité de 50 à 70 %. Or, en hiver, avec le chauffage, le taux d’humidité peut tomber à 20 ou 30 %. Privilégiez un modèle pourvu d’un filtre au charbon qui capte l’humidité dans l’air et la garde à l’intérieur du cellier. 

Isolation. Un compresseur qui se met en marche trop souvent nuit à la conservation de l’humidité interne. Pour éviter ce problème, choisissez un cellier bien isolé, afin de favoriser le maintien d’une température constante.

Vibrations. Le contrôle des vibrations est aujourd’hui efficace dans la majorité des appareils sur le marché. 

Protection contre les rayons UV. La plupart des celliers sont munis d’une porte teintée ou opaque pour bloquer les rayons UV, qui peuvent dégrader le vin. Si le modèle qui vous intéresse ne possède pas cette caractéristique importante, passez votre tour!

Finition. Un cellier fait sur mesure coûte au bas mot de 25 à 75 % plus cher qu’un cellier équivalent manufacturé.

Bruit. Pour les experts, le cellier n’est pas un appareil particulièrement bruyant. En règle générale, c’est le compresseur qu’on entend. Notez aussi que les modèles encastrés font toujours plus de bruit que les autres. 

Consommation électrique. La consommation électrique d’un cellier varie selon plusieurs facteurs, comme la présence d’un dégivreur automatique, l’isolation des parois et le nombre de bouteilles. Le sceau Energy Star permet d’identifier les produits les plus écoénergétiques.

Prix et lieu de fabrication. La plupart des celliers vendus au Québec proviennent d’Europe, de Chine et d’Amérique du Nord, il en existe notamment quelques-uns de marques québécoises. Les celliers européens, français en particulier, sont les plus durables, selon nos experts. Ils sont aussi parmi les plus chers : vous paierez de 2 000 à 3 000 $ pour un cellier de 50 à 100 bouteilles fait en France, contre 500 à 1 000 $ pour un appareil de taille équivalente fabriqué en Chine. 

Garantie. Les fabricants de celliers haut de gamme offrent généralement une garantie de deux ou trois ans, pièces et main-d’œuvre. Le compresseur est souvent garanti de trois à cinq ans. À l’inverse, les garanties des modèles d’entrée de gamme sont minimales (un an, pièces et main-d’œuvre, par exemple).

Quelle que soit la solution que vous retiendrez, « l’important pour un vin est de ne pas subir des variations brutales de température », rappelle Marc Chapleau, journaliste spécialisé en vin. Pour le reste, laissez le temps faire son œuvre!

Sur Le Panier Bleu, découvrez une grande diversité de celliers disponibles chez nos commerçants québécois! 

 

 

Retour